Santé mentale

Home > Santé mentale

Santé mentale

Santé émotionnelle

Tes émotions affectent tes actions, tes humeurs et tes sentiments vis-à-vis de toi-même, de tes amis et de ton milieu. Ta santé émotionnelle est essentielle à ton bien-être car elle entre en ligne de compte dans tous les aspects de ta vie. Les recherches ont montré que nombre de filles qui éprouvent des problèmes de santé mentale continuent d’en souffrir à l’âge adulte. Cela peut entraîner des répercussions sur le plan personnel, y compris une limitation des possibilités d’emploi, un accès plus réduit au logement et des relations familiales difficiles.

Allons aux faits…

Quand la détérioration de la santé émotionnelle entraîne l’apparition d’une maladie mentale, elle risque d’exposer la personne à la pauvreté, à l’itinérance et à l’exclusion sociale. Les filles canadiennes sont plus touchées par les problèmes mentaux que les garçons. Dès la 7e année, les filles sont plus susceptibles de se sentir désarmées, de mauvaise humeur ou irritables plus d’une fois par semaine, et de souffrir de symptômes physiques comme des maux de dos.

La confiance en soi a tendance à diminuer avec l’âge; en fait, elle baisse régulièrement pour les garçons comme pour les filles entre la 6e et la 10e année. De même, en vieillissant, les élèves ont tendance à avoir une perception moins positive de leur état de santé en général, mais les écarts sont moins grands, passant de 90 à 86 % chez les garçons et de 90 à 76 % chez les filles.

En plus des problèmes physiologiques, un certain nombre de facteurs sociaux peuvent entraîner du stress et une mauvaise santé mentale, ce qui aboutit à une pauvre estime de soi, dont :

  • croire aux paroles et actions négatives et blessantes des autres
  • vivre avec des gens qui ne s’aiment pas et ne se respectent pas, ou ne l’ont jamais fait
  • avoir des pensées négatives sur ses compétences, son apparence physique, son niveau de revenu familial, sa race, son ethnicité et son quotient intellectuel
  • être trop ou pas assez protégé durant son enfance
  • ne pas avoir appris auprès d’adultes bienveillants à se dire : « Je suis une bonne personne, j’ai de la valeur et on m’aime quoiqu’il arrive. »
  • douter de l’amour d’un ou des deux parents, ou souffrir de l’absence d’un parent
  • être puni sans savoir que c’est ton comportement qui est puni et non pas toi
  • être comparé aux autres ou à des normes de perfection inatteignables
  • penser que la valeur d’une personne dépend de ses possessions, vêtements et voiture, de ses résultats scolaires ou de son emploi, ou encore de son apparence physique ou quotient intellectuel.

Consulte ce site web, pour en savoir plus :

http://www.adosante.org/Sante_mentale/04.shtml



What's your favourite weekend activity?






View Surveys >